Interactions Génétiques et Gènes Invasifs dans les Populations

Thèmes

Les thèmes de notre équipe s’articulent autour de la problématique suivante: Comment interagissent les différents
composants du génome au sein des populations et quelles sont les conséquences sur l’évolution du
génome, son évolvabilité, et les phénotypes qui en découlent?
La sélection naturelle, les mutations et la dérive génétique sont des forces majeures présidant à l’évolution
des populations et des espèces. La sélection naturelle va agir au niveau du phénotype, lui même dépendant des
interactions entre le génotype et l’environnement. Au sein du génome, l’environnement peut être assimilé à
l’état épigénétique, le génotype étant représenté par les gènes et leurs interactions (épistasie). Ainsi, c’est au
niveau du génome mais dans le cadre de la population que se situe nos thématiques.
Les aspects qui nous intéressent plus particulièrement sont l’évolution et la dynamique de différents systèmes
génétiques dans les populations et ultimement à l’échelle de l’espèce, les interactions entretenues dans ces
systèmes, l’influence de l’épigénétique, ainsi que les conséquences au niveau phénotypique et au niveau
adaptatif.

Systèmes génétiques complexes.

Il reste difficile de comprendre comment ces systèmes évoluent. Ce sont d’une part les ensembles de gènes contrôlant les caractères quantitatifs, mais aussi les réseaux de gènes, soumis à des effets épistatiques ou de canalisation, ou encore l’ensemble des séquences présentes sur un chromosome.

Systèmes génétiques dits égoïstes.

Ces systèmes ont la propriété de s’amplifier dans les populations plus rapidement ou plus efficacement
que ne le permet la ségrégation mendélienne ou la sélection darwinienne. Parmi eux, on trouve notamment les
distorteurs de ségrégation, qui favorisent leur propre transmission aux dépends des allèles alternatifs, ou les
éléments transposables (ET), qui se répliquent plus rapidement que le génome hôte et profitent de la reproduction
sexuée pour envahir les populations.

Nos différents projets combinent en part variable des approches expérimentales, bio-informatiques et
théoriques. La partie expérimentale comprend de l’évolution expérimentale et l’analyse de populations
naturelles, combinées à des analyses morphologiques, transcriptomiques ou génomiques. Notre modèle
principal est la drosophile (D. melanogaster et D. simulans). La partie bio-informatique vise à mieux
comprendre l’évolution des séquences à l’échelle des génomes et des populations.

Propositions de stage dans l’équipe

Les membres de l’équipe

Chercheurs et Enseignants-chercheurs

Aurelie-carre

Aurélie Hua-Van
Responsable d’équipe

Maître de conférences Université Paris-Sud 11 (Orsay)
Evolution moléculaire et dynamique évolutive des éléments transposables dans les génomes
Régulation de l’élément transposable mariner chez les drosophiles

montchamp

Catherine Montchamp-Moreau
Directrice du laboratoire

Directeur de Recherche du CNRS
Conflits génétiques, bases moléculaires et histoire évolutive de la distorsion de ségrégation méiotique sex-ratio, bases moléculaires de l’isolement reproducteur et de l’adaptation.

capy[1]

Pierre Capy
Directeur de l’IDEEV

Professeur à l’Université Paris-Sud (Orsay);
Elément transposable mariner.
Evolution de la structure des ETs.
Dynamique d’invasion et maintien sur le long terme des ETs.

aulard-widemann
Maître de Conférences Université Pierre et Marie Curie (Paris 6).
Cytogénétique, polymorphisme d’inversion, éléments transposables et remaniements chromosomiques, évolution chromosomique.
david

Jean David

Directeur de Recherche émérite du CNRS.

Plasticité phénotypique
Tolérance à la température

lerouzic

Arnaud Le Rouzic

Chargé de recherche CNRS
Approches theoriques de l’évolution des systèmes héréditaires et de leur evolvabilité.

Clément Gilbert

Chargé de recherche CNRS
Transfert horizontaux et éléments transposables.

Ingénieurs et Techniciens

clavereau2

Isabelle Clavereau

Technicienne CNRS.
Régulation de l’expression des éléments transposables dans les populations naturelles de Drosophila simulans.

ELEGEM_Robillard

Emilie Robillard

Assistante Ingénieure CNRS
Activité et régulation de l’élément transposable mariner dans Drosophila melanogaster.
Dynamique d’invasion dans les populations de Drosophila melanogaster de l’élément transposable mariner.
Compétition entre copies.

ogereau
Ingénieur d’étude CNRS.
Cartographie génétique et caractérisation du polymorphisme des populations par marqueurs ADN. Analyse comparative de transcriptomes (puces ADN, PCR en temps réel).

Doctorants

Cecile Courret

Doctorante de l’École Doctorale « Structure et Dynamique des Systèmes Vivants », Université Paris-Saclay.

Bases moléculaires du conflit génétique induit par la distorsion de ségrégation des chromosomes sexuels chez Drosophila simulans.

Encadrement : Catherine Montchamp-Moreau.

Andreas Odorico

Doctorant de l’École Doctorale « Structure et Dynamique des Systèmes Vivants », Université Paris-Saclay.

Encadrement : Arnaud Le Rouzic.

Maryem Bouallegue

Doctorante de l’Ecole Doctorale « Structure et Dynamique des Systèmes Vivants » , Université Paris-Saclay/ Université de Tunis (Cotutelle)

Encadrement : Pierre Capy

Anciens Étudiants

photo estelle

Estelle Rünneburger

Doctorante de l’Ecole Doctorale « Structure et Dynamique des Systèmes Vivants » , Université Paris-Saclay.
Evolution des réseaux de gènes. Causes et conséquences de l’évolution du phénotype.

Thèse soutenue en 2017

Bastien

Bastien Saint-Leandre

Doctorante de l’Ecole Doctorale « Structure et Dynamique des Systèmes Vivants » , Université Paris-Saclay.
Régulation de l’élément mariner chez les drosophiles.

Thèse soutenue en 2016

moi

Quentin Helleu

Doctorant École Doctorale Gènes, Génomes, Cellules, Université Paris-Sud XI.

Cartographie génétique d’éléments distorteurs chez Drosophila simulans. Encadrement : Catherine Montchamp-Moreau.

Thèse soutenue en 2015

Gabriel2

Gabriel Da Luz Wallau

Doctorant de l’Université Fédérale de Santa Maria – BRESIL
Evolution des éléments mariner dans les genomes séquencés de drosophiles.

Thèse soutenue en 2013

Thibaud Boutin

Doctorant de l’Ecole Doctorale « Gènes, Génomes, Cellules » (Université Paris-Sud)
Dynamique d’invasion et maintien sur le long terme des ETs.
Thèse soutenue le 16 septembre 2010

Sophie Picot

Doctorante de l’école doctorale, « Gènes, Génomes, Cellules » (Université Paris-Sud)
Activity of the transposable element mariner in natural populations of Drosophila simulans
Thèse soutenue en 2008