Evolution et écologie (équipe DEEIT)

L’objectif général de ce pôle est de comprendre et prédire les réponses d’insectes tropicaux aux changements globaux, et se décline en trois axes : identifier les mécanismes évolutifs et écologiques impliqués dans ces réponses, évaluer l’impact de ces changements sur la diversité des insectes nuisibles ou auxiliaires et de leur interaction, élaborer in fine, selon différents scénarios socio-écologiques, des modèles décrivant l’effet des changements globaux sur la structure et la dynamique des communautés, des populations et des gènes, pour la prédiction d’impacts agronomiques ou de santé publique dans les régions tropicales. Pour cela le pôle rassemble des domaines d’expertise complémentaires (étho-physiologie, génétique et génomique des populations, systématique et phylogéographie, écologie des communautés) lui permettant de mettre en œuvre des développements nouveaux dans les champs émergeant de l’écophylogénétique, l’écologie thermique des paysages et la génétique de l’adaptation locale.
Une seule équipe compose ce pôle : Diversité, écologie et évolution des insectes tropicaux (DEEIT). Elle réunit des chercheurs travaillant à Gif-sur-Yvette et dans des laboratoires des zones intertropicales étudiées (Afrique de l’Est et Afrique Centrale, et régions andine et amazonienne).

Mots clés : Faunistique, taxonomie, systématique moléculaire, biogéographie, phylogéographie, dynamique des populations, écologie des communautés, génétique des populations, modélisation, coévolution, mécanismes de spéciation, perturbations, espèces invasives, ADN mitochondrial, microsatellites, GIS, Afrique tropicale, Cameroun, Kenya, Amérique du Sud, Brésil, Équateur, Bolivie, Pérou, Guyane, Poaceae, Zea mays, Sorghum, Pennisetum, Setaria, Lepidoptera, Noctuidae, Busseola spp, Sesamia spp, Gelechiidae, Tecia solanivora, Phthorimaea opercullela, Symmetrischema tangolias, Hymenoptera, Braconidae, PolyDNAvirus, Cotesia sesamiae, Cotesia flavipes, Wolbachia, Reduviidae, Rhodnius spp.

Les membres de l’équipe :

Campus CNRS (Gif-sur-Yvette, France)

DEEIT_PAGE_ID_KaiserLaure Kaiser-Arnauld, chargée de recherches (HDR), CNRS, responsable de l’équipe DEEIT. DEEIT_PAGE_ID_CapdevielleDulacClaire Capdevielle-Dulac, ingénieur d’études, IRD.
DEEIT_PAGE_ID_CartonYves Carton, directeur de recherches émérite (HDR), CNRS. DEEIT_PAGE_ID_DupasStéphane Dupas, chargé de recherches (HDR), IRD.
DEEIT_PAGE_ID_HarryMyriam Harry, professeur des universités, Paris-Sud 11. DEEIT_PAGE_ID_LegallPhilippe LeGall, chargé de recherches, IRD.
DEEIT_PAGE_ID_MougelFlorence Mougel, maître de conférences, Paris-Sud 11. François Rebaudo, ingénieur de recherche, IRD.
DEEIT_PAGE_IDBruno Le Ru, directeur de recherches (HDR), IRD. DEEIT_PAGE_ID_SilvainJean-François Silvain, directeur de recherches (HDR), IRD.
DEEIT_PAGE_IDRémi Jeannette, technicien de recherche, IRD.

ICIPE (Nairobi, Kenya) :

DEEIT_PAGE_IDPaul-André Calatayud, chargé de recherches (HDR), IRD.

Cornell University (USA) :

DEEIT_PAGE_IDOlivier Dangles, directeur de recherches (HDR), IRD.

Doctorants et VIA :

Joel Sokame, North West University, South Africa. Jean De Matha N’Dengue, University of Douala, Cameroun.
Philippe Belmont, UPMC, France-Equateur. Estefania Quenta, Université de Tours, France.
Gladys Bichanga, University of Nairobi, Kenya. Esther Abonyo, University of Nairobi, Kenya.
Arnaud Becheler, Université Paris Sud, France. Romain Benoist, ED 227 Sciences de la Nature et de l’Homme, Université Paris 6, France.
Quentin Struelens, UMSA, VIA, Bolivie.