Du nouveau sur la spéciation des drosophiles

Jean David (IGGIPOP) a participé aux travaux ayant mené à la publication de Nagy, O et al dans Current Biology.

Dans cet article les auteurs montrent qu’une seule mutation contribue à la fois à la perte d’organes sensoriels sous le phallus de certaines espèces de drosophile et à l’augmentation de taille d’un peigne sexuel localisé sur les pattes. C’est la première fois qu’on observe que l’évolution entre espèces de deux organes peut avoir lieu via une seule mutation.

Les résultats de cet article ont été repris dans une brève du site de l’INSB et de l’INEE du CNRS.