Archives

Malena, Sibaja Leyton

Doctorante

Email: sibaja@egce.cnrs-gif.fr

Sujet de thèse : « Développer les sciences participatives pour surveiller les pollinisateurs au Sud »

Au cours des dernières décennies, les recherches en biologie de la conservation et sur les services écosystémiques se sont de plus en plus appuyées sur des programmes de sciences participatives. Ceux-ci permettent la collecte, à grande échelle spatio-temporelle, de données qui portent tant sur l’abondance et/ou la diversité des espèces que sur les activités humaines et les interactions homme/nature. Ces programmes de sciences participatives peuvent désormais s’appuyer sur les nouvelles technologies de collecte et de partage de l’information, et d’analyse de grands jeux de données, qui sont en plein essor. De nouvelles voies s’ouvrent donc pour augmenter la transparence entre acteurs en vue de favoriser les changements de pratiques et des innovations préservant et valorisant ces biens communs.
Les inquiétudes mondiales concernant la mortalité des colonies d’abeilles mellifères (Apis mellifera) ont motivé la mise en place de programmes de sciences participatives pour surveiller les pertes de colonies au cours des dernières années. Face à ces lacunes, le consortium latino-américaine SOLATINA a développé son propre programme de surveillance des abeilles dans la region depuis 2016. Un questionnaire unifié sur les pertes de colonies d’abeilles a été adapté aux conditions climatiques latino-américaines et inclut d’autres types d’activités apicoles, comme la méliponiculture.
Ce projet de thèse a un objectif double : (1) étudier les potentielles influences biotiques et abiotiques sur la mortalité des colonies d’abeilles mellifères et les pratiques de gestion des producteurs en Amérique Latine via la poursuite du programme de science participative et le traitement des données collectées dans la région ; (2) développer un programme similaire en Afrique Sub-saharienne.

Cette thèse est financée par une bourse ARTS de l’IRD.

Cette entrée a été publiée le 14 septembre 2021, dans Personnels.

Rémi, Jeannette

Pôle écologie,Technicien de recherche, (IRD).

technicien supérieur des laboratoires de chimie.

 


suivi de l’élevage et des travaux d’expérimentations sur les relations hôtes/parasitoïdes entre un ravageur des cultures de maïs(Sesamiae nonagroides) et un hyménoptère parasitoïde qui lui est associé (Cotesia typhae). vérification de la pureté des lignées par étude du géne  CO-1.

responsable de la gestion du retraitement des déchets chimiques du laboratoire.

bat.13 bureau C.203

téléphone : 01.69.82.37.12

@ : remi.jeannette@egce.cnrs-gif.fr

Cette entrée a été publiée le 14 avril 2021, dans Personnels.

Stéphane, Aumasson

Email: stephane.aumasson@egce.cnrs-gif.fr

Participe au projet Api Noire Normandie qui consiste à la mise en place de conservatoires et de ruchers de fécondation pour l’abeille noire de Normandie. L’objectif est de mettre en place une apiculture durable utilisant les ressources locales.

Cette entrée a été publiée le 11 mars 2021, dans Personnels.

Etienne, Minaud

Sujet de thèse : « Écologie des abeilles mellifères – Identifier des indicateurs précoces d’effondrement des colonies »

Mon projet de doctorat vise à développer et utiliser des information and telecommunication technologies (ICT) comme suivi automatique des colonies d’abeilles afin de (1) comprendre les mécanismes sous-jacents au risque de mortalité hivernale et (2) identifier des indicateurs précoces qui pourraient aider les apiculteurs à limiter les pertes de colonies et les déficits économiques associés. Je réalise des expériences de terrain (combinant des observations traditionnelles avec des systèmes automatisés de capteurs low-cost que je développe dans le cadre du projet pour suivre les colonies d’abeilles en continu et en temps réel), dans divers sites répartis le long d’un gradient de complexité du paysage (agriculture, milieux urbains, milieux semi-naturels) et d’un gradient climatique (France, Allemagne et Grèce).
Les objectifs finaux sont (i) d’améliorer les connaissances sur l’écologie des abeilles mellifères, (ii) d’analyser les effets des variables environnementales sur la mortalité des abeilles, et (iii) de dériver des outils d’aide à la décision pour les apiculteurs afin de soutenir leurs activités professionnelles.

Cette thèse s’insère dans le cadre d’un projet européen Era-Net ICT-AGRI-FOOD en collaborations étroites avec l’University of Würzburg – Department of Animal Ecology and Tropical Biology (Allemagne) et l’Hellenic Agricultural Organization « DEMETER » – Department of Apiculture (Grèce).

Cette entrée a été publiée le 3 février 2021, dans Personnels.